L'éléphant de Nantes

L'éléphant de Nantes.

Voici un blog spécifique pour les classes de avancé 1 et 2. Retrouvez le blog général sur Mon école FLE.

jeudi 21 mars 2013

Revue de presse: l'affaire Cahuzac

Avant-hier, il préparait le plan d'austérité de la France, A présent, il prépare sa défense. Pour Jérôme Cahuzac, soupçonné d'avoir détenu un compte en suisse, c'est une bataille judiciaire importante qui débute.


Jérôme Cahuzac a démissionné du gouvernement mardi. Mais pour une majorité de Français le départ de l'ex-ministre du Budget ne porte pas atteinte à la crédibilité économique et budgétaire de la France. C'est ce que révèle un sondage Tilder/LCI/Opinionway jeudi. 59% des personnes interrogées estiment que le départ du gouvernement de M. Cahuzac n'entame pas la crédibilité économique et budgétaire de la France, contre 40 % qui sont d'un avis contraire, selon ce sondage.



Dans le contexte économique tendu actuel, la démission du ministre du budget Jérôme Cahuzac intervient au plus mauvais moment pour l'Elysée et Matignon. Ce départ a une double dimension. Il y l'aspect intérieur et l'aspect européen. On dit généralement que les cimetières (politiques dans le cas présent) sont remplis de gens indispensables mais, d'évidence, c'est une pièce maîtresse que François Hollande perd dans son jeu. Sur la scène française d'abord. Nous sommes en pleine préparation du budget 2014 et Jérôme Cahuzac avait ce caractère bien trempé du grand méchant qui fait un ministre du budget redouté. Celui qui, pour convaincre ses collègues de faire des économies, s'impose comme le gardien inflexible de l'orthodoxie budgétaire.

Bernard Cazeneuve était jusqu'à hier soir ministre des Affaires européennes. Sa nomination au budget dans le contexte économique et financier tendu actuellement en Europe est le signe d'une continuité dans l'action. Jérôme Cahuzac était assez peu connu à Bruxelles et Pierre Moscovici, voix française dans l'antre européen, était respecté sans que ses pairs européens lui reconnaissent une autorité assise. En hauts lieux à Bruxelles on dit clairement préférer un Bernard Cazeneuve jugé plus " astucieux ". Les marchés financiers, eux, attendent de voir pour croire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire